Avons-nous Honte des Tentes de Sem ? Les Racines Sémitiques du Culte Chrétien; par J. G. Vos.

J. G. Vos

Johannes Geerhardus Vos (1903-1983) était pasteur presbytérien réformé aux États-Unis au cours du XXe siècle et fils du théologien et professeur du séminaire de Princeton Geerhardus Vos (1862-1949), qui est aujourd’hui considéré comme le père de la théologie biblique moderne. En fait, le plus grand ouvrage de Geerhardus Vos, Biblical Theology : Old and New Testaments (Eerdmans, 1948), a été publié grâce aux efforts et au dur labeur de son fils, J.G. Vos.

C’est précisément dans cet article, qui tourne autour du chant des Psaumes, que s’entendent très clairement les échos de l’enseignement de son père sur la nature objective de la rédemption et de la révélation bibliques. J’espère que vous apprécierez cette lecture. 

« Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem », Genèse 9:27. (1)

Le savant allemand Delitzsch a remarqué que nous étions tous des Japhettiens vivant dans les tentes de Sem. La prophétie prononcée par Noé était que Dieu élargirait Japhet, et que Japhet habiterait dans les tentes de Sem. Dans la langue hébraïque, habiter sous la tente de quelqu’un signifie être l’héritier de la richesse et du patrimoine de cette personne.

La prophétie de Noé fait référence aux grandes lignes du développement futur des diverses branches de la race humaine. Dieu élargirait Japhet. Japhet était l’ancêtre des peuples indo-européens, auxquels nous appartenons. C’est un fait historique que depuis 2500 ans les peuples indo-européens ont dominé les affaires mondiales, non seulement dans le progrès matériel et scientifique, mais aussi dans le contrôle politique de la plupart du monde civilisé. Cette domination est aujourd’hui contestée par d’autres peuples du monde, mais elle n’a pas encore été complètement renversée. Cependant, ce n’est pas cet aspect de la prophétie de Noé qui nous préoccupe particulièrement dans cet article. Nous sommes maintenant particulièrement préoccupés par la prédiction que Japhet devrait habiter dans les tentes de Sem.

C’est particulièrement dans le domaine de la religion que les chrétiens d’Europe et d’Amérique habitent dans les tentes de Sem, notre religion est un héritage des descendants de Sem. Elle nous est venue, par la Providence de Dieu, de sources sémitiques.

Certaines personnes n’aiment pas cette idée. Dans l’Allemagne nazie d’avant la Seconde Guerre mondiale, il y a eu une rébellion violente contre elle. Les soi-disant « chrétiens allemands » ont essayé de purger le christianisme et l’Eglise des influences et traditions juives. Certains Allemands allèrent encore plus loin et se tournèrent sans vergogne vers l’idolâtrie de la nature, le culte de leurs ancêtres païens, les anciens dieux allemands des tempêtes, des forêts et des montagnes. Mais les anciens dieux ne les ont pas aidés, et l’Allemagne nazie païenne est tombée après une triste défaite.

Il est toujours certain que les chrétiens d’Europe et d’Amérique vivent sous les tentes de Sem, notre héritage religieux nous est venu des enfants d’Israël, les enfants de Sem. Notre Christ était juif. Notre Bible a été écrite presque entièrement par des Israélites. Nos formes de pensée religieuse, le vocabulaire, les sacrements, le culte, le gouvernement de l’église que nous avons, tous sont venus à nous, humainement parlant, d’Israël.

Il est important de réaliser que ceci n’est pas un accident, c’est le dessein de Dieu. Dieu a voulu que la vraie religion salvifique du christianisme soit transmise au monde par un canal sémitique et israélite. Il a voulu que Japhet habite dans les tentes de Sem. Notre religion n’est pas indigène à notre race. Nous, chrétiens indo-européens, avons une religion qui vient d’une source différente. Jamais nous ne pourrons retourner aux anciens dieux de nos ancêtres. Nous avons connu la vérité, la vraie lumière s’est levée sur nous. C’est la lumière de Dieu, mais elle nous est parvenue par le canal d’Israël.

Puisque cela a été le plan et le dessein de Dieu, nous ne devons pas le mépriser ou nous rebeller contre lui. Nous aurions peut-être préféré que le Sauveur du monde soit un Romain, de la même race que nous. Mais Dieu ne voulait pas qu’il en soit ainsi. Le proverbe dit que « les mendiants ne peuvent pas choisir », et notre position devant Dieu est celle des mendiants. Nous sommes reconnaissants d’avoir Christ comme Sauveur, et puisqu’il a plu au Dieu souverain d’amener son Fils dans le monde par la semence d’Abraham, nous ne pouvons que le remercier et Le louer pour cela.

Qu’est-ce que tout cela implique ? Cela implique certainement, en tout les cas, que nous ne devons pas essayer d’échapper ou d’éluder les traits de notre religion qui portent l’étiquette de Sem. Nous ne devons pas nous opposer à ce qui porte le sceau d’origine israélite. Le faire, c’est se rebeller contre la sagesse et la bonté de Dieu. Dieu a choisi que les fils de Japhet, dans le domaine de la religion, habitent dans les tentes de Sem. Nous devrions répondre : « Oui, mon Père, car cela a paru bon à tes yeux. »

Il y en a beaucoup aujourd’hui qui sont fatigués de chanter les psaumes de la Bible dans le culte à Dieu. Il y a plusieurs raisons à cela, sans aucun doute. Certains sont fatigués de chanter les Psaumes parce qu’ils ne sont pas prêts à porter la croix de la différence avec les grandes églises populaires. Les autres églises chantent des hymnes populaires, et les psaumes semblent être non seulement différents, mais curieux et démodés.

D’autres s’opposent aux Psaumes parce qu’ils n’aiment pas la théologie des Psaumes, avec leur insistance sur la droiture et la justice de Dieu, ainsi que Sa destruction de Ses ennemis.

D’autres s’opposent aux Psaumes parce qu’ils n’aiment pas la saveur et le coloris juif des Psaumes : les noms des personnes et des lieux, les références à l’histoire des enfants d’Israël, la saveur hébraïque de la langue.

Toutes ces objections aux Psaumes ont une chose en commun. Quelle que soit l’objection, elle découle d’un manque véritable de sympathie et d’appréciation pour la religion de la Bible. Ceux qui s’opposent aux Psaumes ne veulent pas vivre dans les tentes de Sem, ils n’aiment pas la forme, le modèle et la structure de la religion que Dieu a donnée au monde; ils préfèrent quelque chose de nouveau et de différent, fait par eux-mêmes. Ainsi, « ils se donnent une foule de docteurs selon leurs propres désirs »  et « détournent l’oreille de la vérité, et se tournent vers les fables» (2 Timothée 4:3-4).

Considérons maintenant quelques tendances erronées communes dans l’utilisation des Psaumes.

Évitez les noms propres dans les psaumes.

Sion apparaît 38 fois dans le Psautier ; Israël 62 fois ; Ephraïm 5 fois ; Melchizédek une fois. Il y en a beaucoup d’autres : Oreb et Zeeb, Zebach et Tsalmunna, Jacob, Liban, Kadesh, Jordanie, Hermon, Mizar, Tyr, Sichem, Succoth, Galaad, Moab, Edom, Egypte, Ethiopie, Tarshish, Seba, etc.

On soulève l’objection que ces peuples et lieux anciens n’ont aucun lien avec nous aujourd’hui. Ce n’est qu’une pile d’histoire poussiéreuse d’il y a deux ou trois mille ans, pourquoi chanter sur Zebach et Tsalmunna ? Il semble que ce soit comme si nous allions chanter sur Hokus et Pokus, ou Dasher et Prancer, Donder et Blitzen. L’objection est donc valable. Mais attendez une minute. Après tout, Zebach etTsalmunna n’ont-ils vraiment de nos jours rien à voir avec nous ? Si nous sommes attachés à la religion biblique, nous réaliserons qu’ils ont en fait beaucoup à voir avec nous aujourd’hui. Notre religion n’est pas tombée du ciel directement de Dieu. Il nous l’a donnée à travers l’histoire, et c’est là l’histoire d’Israël. L’histoire d’Israël a été une histoire de rédemption par la force toute-puissance de Dieu; elle a été une histoire de victoire sur de puissants ennemis par la force toute-puissance de Dieu. Les ennemis étaient réels ; ils étaient des manifestations contemporaines du royaume de Satan. Ils étaient terriblement réels. Mais ils ont été écrasés par la merveilleuse puissance du Dieu Tout-Puissant, le Dieu de l’Alliance, Jéhovah, le Dieu d’Israël. C’est l’importance de Zebach et Tsalmunna.

Notre religion aujourd’hui, si c’est le christianisme biblique, est une religion de victoire sur de puissants ennemis par la puissance surnaturelle et tout-puissante de Dieu. Nous devons toujours penser, quand nous lisons ou chantons sur Zébach et Tsalmunna, combien le salut n’est pas par notre force, ni par notre puissance, mais par la force toute-puissance, la grâce surnaturelle, de Dieu.

Le mal n’est pas abstrait, mais concret ; il est identifié à des personnes particulières. Pour détruire le mal, les gens doivent être traités par la puissance puissante de Dieu et son juste jugement. Isaac Watts a dit qu’il ferait parler David comme un chrétien. Il a dénaturé les Psaumes et les a sophistiqués. Watts n’a pas su apprécier la vraie beauté et la gloire du Psautier. Depuis l’époque de Watts, certaines confessions qui chantent des psaumes ont évité les noms propres dans le Psautier, et ont essayé d’en exclure beaucoup d’entre eux. Sion est changée en « l’église » et Jérusalem de la même manière; beaucoup d’autres sont omis ou adoucis d’une manière ou d’une autre. Cela nous donne un psautier dénaturé. Pas étonnant que la prochaine étape soit de renoncer aux Psaumes dans le culte. Ils ont déjà renoncé à la véritable vigueur, beauté et puissance des Psaumes en omettant les noms propres.

Sion et Jérusalem sont les tentes de Sem, et c’est le dessein de Dieu que nous y habitions : nous y opposons-nous ? Ceux qui essaient d’éliminer les noms propres du Psautier montrent un crucial manque de conscience de la connexion organique de l’Evangile avec l’Ancien Testament. Ils ne réalisent pas que le vrai sens de ces noms propres, comme Sion, est intimement lié à la doctrine biblique du salut par la libre grâce. Ces noms propres, et les Psaumes avec eux, doivent être utilisés dans l’adoration de Dieu jusqu’à la fin du monde. Ils sont le témoignage de Dieu, le monument de Dieu, à la grande œuvre de rédemption accomplie dans l’histoire ancienne. Ces noms propres ne sont pas la honte et la faiblesse des Psaumes ; ils sont l’honneur et la gloire des Psaumes.

Évitez les psaumes « imprécatoires ».

Sur les 150 psaumes du Psautier, environ six sont communément classés comme psaumes « imprécatoires » : 55, 59, 69, 79, 109º et 137 ; beaucoup d’autres contiennent des éléments « imprécatoires », à savoir des prières inspirées par Dieu pour la destruction de certains hommes mauvais, ennemis de Dieu.

Les psaumes « imprécatoires » sont constamment reprochés au Psautier. On dit que ces psaumes inspirent un esprit sauvage, qu’ils sont étrangers à « l’esprit de Jésus », qu’ils ne sont pas adaptés à la dévotion chrétienne, etc.

Ces objections découlent en partie d’une mauvaise compréhension des Psaumes eux-mêmes. Les opposants les considèrent souvent comme de simples compositions humaines. Ils voient en eux simplement la colère privée de David contre ses ennemis personnels. Mais tel n’est pas le caractère de ces psaumes. Ils sont divinement inspirés et dirigés contre des ennemis implacables de Dieu et du royaume de Dieu. Ils sont ainsi cités dans le Nouveau Testament (Psaumes 69:25 et 109:8 cités dans Actes 1:20). Les psaumes « imprécatoires » ne sont pas non plus réellement contraires à « l’esprit de Jésus » ou à « l’esprit du Nouveau Testament ». Tout ce qui s’y trouve peut être comparé à des déclarations du Nouveau Testament, et aucune n’est plus terrible que les paroles de Jésus-Christ contre ceux qui s’identifient en permanence au royaume de Satan.

Les objections proviennent aussi en partie d’un faux idéalisme religieux, qui considère le christianisme comme une simple question d’idéaux. Le christianisme n’est pas seulement une question d’idéaux; il n’est même pas non plus simplement un salut ; le christianisme est la rédemption divine d’un royaume objectif du mal : de la terre d’Egypte, de la maison de l’esclavage, du royaume de Satan.

Le christianisme implique le jugement divin sur le péché et les pécheurs tout comme il implique la rédemption divine pour le peuple de Dieu. La fausse idée que Dieu n’est rien d’autre qu’amour est responsable d’une grande partie de l’opposition à ces psaumes. L’auteur actuel se souvient d’avoir entendu une jeune femme, membre d’une église qui chante les psaumes, dire du psaume 137 : « Je hais ce psaume ». L’explication la plus charitable de cette attitude envers une partie de la sainte Parole de Dieu est que cette jeune femme n’a pas réellement compris ni le psaume 137, ni le caractère réel de la religion biblique comme rédemption divine d’un royaume objectif du mal. Elle s’était sans doute nourrie d’un faux idéalisme religieux qui ne considérait Dieu comme autre chose qu’amour, et cessait complètement de considérer sa justice.

C’est une vision très unilatérale de Dieu. « Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu » « (Romains 11:22), non seulement la bonté de Dieu, mais aussi la sévérité de Dieu. Les Psaumes donnent une image complète, pas seulement un côté. Ils représentent non seulement l’amour et le salut de Dieu, mais aussi sa justice et sa rétribution envers les hommes mauvais. Le royaume de Christ n’avance pas sans que le royaume de Satan ne soit détruit.


Un accent mis sur l’élément subjectif seulement.

Il y a une tendance constante à n’utiliser que les parties des Psaumes qui traitent du salut subjectif – une expérience religieuse du chrétien -, comme la conscience de l’amour de Dieu, du pardon, du soin de Dieu. La tendance est de considérer ces expériences de vie chrétienne comme divorcées de la fondation sur laquelle Dieu les a construites, c’est-à-dire la rédemption historique d’un royaume objectif du mal. Prenons, par exemple, le Psaume 118, ce chant incomparable de la rédemption surnaturelle et miséricordieuse, un chant qui touchera le cœur et l’âme de tout chrétien qui aime la religion biblique. Ce Psaume 118 a constitué le point culminant du Hallel que notre Sauveur et ses disciples ont chanté après l’institution de la Cène, avant de quitter le Chambre Haute pour se rendre au Jardin de Gethsémané.

Voici l’expérience subjective du salut du chrétien, la merveille du salut par la grâce divine :

Louez l’Eternel 

car il est bon 

Qu’Israël dise: 

Car sa miséricorde dure à toujours!

Du sein de la détresse j’ai invoqué l’Eternel

L’Eternel m’a exaucé, m’a mis au large.

L’Eternel est pour moi, je ne crains rien 

Que peuvent me faire des hommes?

L’Eternel est mon secours, 

Et je me réjouis à la vue de mes ennemis.

L’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges; 

C’est lui qui m’a sauvé.

Des cris de triomphe et de salut s’élèvent dans les tentes des justes: 

La droite de l’Eternel manifeste sa puissance!

La droite de l’Eternel est élevée! 

La droite de l’Eternel manifeste sa puissance!

Je ne mourrai pas, je vivrai 

Et je raconterai les oeuvres de l’Eternel.

L’Eternel m’a châtié

Mais il ne m’a pas livré à la mort.

Mais cette exultation dans le salut personnel est basée sur le fondement objectif de la divine rédemption historique du mal. Le même Psaume qui exulte dans le salut subjectif se glorifie aussi dans le fondement de la rédemption objective et historique :

La pierre qu’ont rejetée

Ceux qui bâtissaient 

Est devenue la principale de l’angle.

C’est de l’Eternel que cela est venu 

C’est un prodige à nos yeux.

C’est ici la journée que l’Eternel a faite 

Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie!

Et voilà pour vous. Le chant joyeux du salut se fait entendre, c’est vrai, mais seulement parce qu’il y en a un qui a été méprisé et rejeté par les hommes, qui a pourtant été fait la pierre principale de l’angle par Dieu, et attaché en sacrifice aux cornes de l’autel. Chaque fois que nous chantons ces paroles sacrées et solennelles, nous devons penser à la façon dont notre Seigneur béni a été cloué sur la Croix du Calvaire pour notre rédemption.

Derrière notre expérience personnelle de l’amour de Dieu, du pardon de Dieu, du soin de Dieu, de la réponse de Dieu à la prière ; derrière notre joie, notre paix intérieure, notre espérance, se cache une œuvre historique de rédemption, sans laquelle notre expérience chrétienne d’aujourd’hui ne pourrait exister. Cette œuvre historique de rédemption est accomplie par la toute-puissance de Dieu dans l’histoire humaine, de la Genèse à l’Apocalypse, de la création à la consommation, mais surtout dans la vie, la mort, la résurrection et l’ascension de notre Seigneur Jésus Christ. C’est la solide roche de granit sur laquelle repose notre expérience personnelle du salut. Telle est la structure du christianisme réel et biblique. Il est solide, dur et fort comme le granit, le vrai rocher des âges, le fondement de l’œuvre toute-puissante de Dieu dans la rédemption historique du mal.

Dans la Bible, l’expérience subjective actuelle du chrétien est organiquement liée à l’œuvre historique de rédemption. Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni. Séparer ces deux éléments est fondamentalement incorrect, et la tendance à le faire, que l’on observe partout, même dans les églises qui chantent des Psaumes, est une indication du point jusqu’auquel nous sommes inconsciemment influencés par l’idéalisme religieux libéral moderne.

La tendance des hymnes modernes est en grande partie de mettre trop l’accent sur l’expérience subjective au détriment d’une base objective. Même les églises qui n’utilisent pas les hymnes montrent souvent la même tendance par la façon dont les gens sélectionnent et choisissent entre les Psaumes. Un psaume sera annoncé pour le chant, et deux ou trois strophes traitant du fondement objectif seront omis, tandis que les autres strophes traitant de l’expérience subjective seront chantées. Ainsi, dans notre sottise, nous sommes comme un homme qui se délecte à manger des pommes, mais qui méprise les pommiers et les considère comme ayant peu ou pas de valeur. Il est vrai que nous ne pouvons pas manger les racines, l’écorce et les branches du pommier, mais devrions-nous les négliger et les traiter comme si ils n’avaient pas d’importance ? Devons-nous séparer ce que Dieu a uni ? Ne révélons-nous pas ainsi une faiblesse mortelle, un grave échec à saisir le véritable caractère et la structure de la religion biblique ?

Ces caractéristiques mêmes des Psaumes qui sont répréhensibles à l’esprit moderne sont la vraie force et gloire du Psautier. Ils sont essentiels à son caractère et à son emphase véritablement biblique.

Ceux qui n’aiment qu’un seul aspect des Psaumes, tout en trouvant d’autres aspects étrangers à leur vie religieuse, ou même désagréables et répréhensibles, sont déjà dans un processus qui, s’il n’est pas inversé, conduira finalement au rejet complet du Psautier comme manuel de louange. Mais ce n’est pas tout. Ce même processus, s’il n’est pas maîtrisé, finira par conduire à un abandon complet de la religion biblique de la rédemption d’un royaume objectif du mal, à un type de religion étranger, un type de religion qui est séparé des faits historiques et qui est simplement subjectif et idéaliste. Il conduira au genre de religion qui, au lieu de dire « Je crois au Seigneur Jésus-Christ », dit plutôt : « Je crois en la bonté, la vérité et la beauté. Et dans cet idéalisme subjectif, il n’y a pas de salut.

Les Psaumes sont équilibrés, ils sont libres de toute emphase unilatérale. Ils ont résisté à l’épreuve du temps. Attachons-nous à eux, aimons-les, glorifions-nous en eux, chantons-les du fond du cœur, et ne nous excusons jamais d’eux ni n’en ayons honte. Ils sont notre héritage, une partie des tentes de Sem que Dieu a planifiées et préparées pour que nous puissions vivre pour sa gloire et notre propre bien.

L’introduction de l’article a été écrite par le Rév. Jorge Ruiz Ortiz. Le lien est ici : https://westminsterhoy.wordpress.com/2019/02/10/avergonzado-de-las-tiendas-de-sem-las-raices-semiticas-del-culto-cristiano-por-j-g-vos/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s