Lettre sur la Divinité de notre Seigneur Jésus-Christ – Louis Gaussen (Ière partie)

On me remit, il y a peu de temps, et presque de votre part, un papier qui portait, avec votre signature, trois ou quatre pages d’observations critiques sur la doctrine d’un sermon que je fis imprimer il y a quelques années.

Si vos remarques, Monsieur, eussent dirigé leur blâme sur quelques expressions ou sur quelques pensées qui me fussent particulières, j’aurais cru devoir ou reconnaître l’exactitude de vos reproches, ou m’en justifier; mais comme vous ne faites qu’y professer très-clairement les opinions de l’Arianisme, ce n’est pas à moi, c’est à toutes les églises chrétiennes que vous vous attaquez ; et je ne me suis point cru appelé à vous répondre, pendant que des devoirs plus immédiats requéraient tout mon temps. Cependant, Monsieur, comme on m’a dit que vous attendiez au moins quelques lignes de ma part, je serais très-fâché de vous donner lieu de penser, ou que je manque d’égards pour vous, ou que je suis indifférent à la doctrine que vous avez combattue. Je ne me propose point d’entrer ici dans une dissertation complète sur cet important sujet, je n’en ai pas le loisir ; mais je saisirai toujours avec empressement les occasions que vous voudrez bien me donner d’en causer avec vous. 

Voici, pour le moment, quelques observations sur votre écrit ; et je les fais avec d’autant plus de confiance qu’ayant vu dans vos feuilles, permettez-moi de vous le dire, Monsieur, combien peu les Saintes-Écritures vous étaient familières, j’aime à croire qu’en les étudiant avec plus d’attention, vous en viendrez à vous soumettre bientôt à la vérité qu’elles proclament, et à rendre au Seigneur des Seigneurs la gloire qui lui appartient. J’espère que cette réflexion n’aura rien qui vous offense ; et je ne doute pas que plusieurs des personnes mêmes qui partagent vos principes, ne vous la répétassent après moi. Vous dites en effet « qu’on est étonné de m’entendre prononcer « que Jésus-Christ est Dieu :» ce sont-là vos réflexions; et vous ne savez probablement pas que les Ariens eux-mêmes sont obligés de convenir que notre Seigneur dans l’Ecriture est souvent nommé Dieu, quoique, par des subtilités qu’heureusement vous ne connaissez pas, ils s’efforcent d’éluder l’autorité de cette expression en disant que Jésus-Christ était un dieu, mais non pas le vrai dieu. Vous ignorez que le Seigneur est appelé dans la Bible, Dieu, le vrai Dieu, Jehovah, l’Éternel, Celui qui est, comme j’aurai l’honneur de vous le montrer dans la suite de ces feuilles.

Ce qui vient aussi m’encourager à vous adresser cette lettre, Monsieur, c’est que vous me paraissez ne pas avoir encore non plus une idée juste de la doctrine que professent sur ce sujet toutes les églises chrétiennes ,et que je professe avec elles. Vous semblez croire que nous entreprenons d’expliquer et la très-sainte Trinité, et l’union mystérieuse de la divinité avec l’humanité dans la personne de Jésus-Christ. Il n’en est point ainsi, M., nous ne l’avons jamais prétendu. Nous nous contentons de croire ces saintes vérités, parce qu’elles nous sont déclarées dans la Parole de Dieu ; mais, nous n’allons point au-delà. C’est ainsi que nous croyons à l’union de notre âme et de notre corps, parce que nous la sentons sans la comprendre ; mais nous la croyons aussi sans l’expliquer. Et s’il se trouve du mystère pour nous jusque dans le mode de notre propre existence, serons-nous étonnés qu’il y en ait aussi dans ce que la sainte Bible aura voulu nous révéler sur l’Être infini ? Non! nous n’expliquons point un mystère; nous le croyons en l’adorant; et nous disons avec l’Apôtre St. Paul : « Certes, je l’avoue, c’est un grand mystère que le mystère de la piété : Dieu manifesté en chair, vu des Anges, prêché aux gentils, cru dans le monde, et reçu dans la gloire! » (1 Tm 3:16). 

Voici maintenant, M., ce que vous trouverez dans la sainte Bible, sur la nature de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, dès que vous voudrez l’examiner à cet égard avec quelqu’attention. 

Vous y rencontrerez trois sortes de déclarations. 

Les premières vous diront que Jésus-Christ est Dieu.— (Elles lui attribueront toutes les perfections, toutes les œuvres, toute la gloire et tous les noms du Dieu souverain.) 

Les secondes vous diront que Jésus-Christ est homme. — (Elles lui attribueront toutes les qualités, toutes les misères innocentes, et tous les noms des fils des hommes.) 

Les troisièmes enfin, en vous déclarant l’abaissement volontaire et l’anéantissement (Ph 2:7 ; Ap 17:14 ; 19:13-16) dans lequel le Seigneur des Seigneurs et le Roi des Rois a voulu s’unir à notre pauvre nature, vous diront que Jésus-Christ est l’Homme-Dieu,— « Emmanuel, Dieu avec nous, Dieu manifesté en chair. » — (Et quand elles vous en entretiendront sous ce dernier rapport, elles vous présenteront sur Lui des circonstances qui ne sauraient proprement convenir ni à Dieu, ni à I’Homme,— mais au Médiateur, mais à I’Homme-Dieu.) 

Dès lors, vous comprendrez qu’il a dû s’ouvrir une triple voie d’erreur pour les personnes, qui, sans vouloir se soumettre à la Parole de Dieu toute entière, pour la méditer et pour la recevoir dans son ensemble, se sont attachées exclusivement à l’une ou à l’autre des trois catégories de passages que je viens d’énumérer. 

I. Ceux qui n’ont voulu regarder qu’au I.er ordre de ces déclarations, ont nié que Jésus-Christ fût vraiment un homme; ils n’ont su voir en lui que sa divinité, avec un corps fantastique. — Ce sont, je crois, les Sabelliens, les Pratipassiens, Saturnin, Tatien, quelques Gnostiques, etc. 

II. Ceux qui n’ont regardé qu’au IInd ordre de ces passages, n’ont voulu reconnaître en lui — qu’un simple homme, — qu’un grand personnage inspiré de Dieu, qu’un illustre Docteur, le plus grand des Prophètes. — Ce sont les Sociniens.

III. Ceux enfin qui n’ont voulu regarder qu’à la IIIème catégorie, n’ont tenu le Seigneur, ni pour le vrai Dieu, ni pour un véritable enfant des hommes, ils l’ont regardé comme un ange, comme un Archange, comme la première des créatures.— Ce sont les Ariens.

Mais l’Église chrétienne a de tout temps pris la Sainte Bible dans son intégrité; et recevant tout le témoignage de Dieu touchant notre Sauveur, elle a cru qu’il est le vrai Dieu, qu’il est vraiment homme, et qu’il est l’homme-Dieu, Emmanuel, Dieu avec nous, et le Médiateur unique entre Dieu et les hommes.

Telle est, Monsieur, la doctrine de toutes les Églises réformées. Vous la trouverez professée dans les 39 articles d’Angleterre, dans la confession d’Augsbourg, dans celle de France, dans celle de Suisse, dans celle de Hollande, dans les catéchismes de Bâle, de Berne, de Vaud, de Neuchâtel, comme dans tous ceux des nations chrétiennes de l’Europe et de l’Amérique. Et parmi les sociétés aujourd’hui presque sans nombre, qui s’occupent maintenant, soit en Hollande, soit en Allemagne, soit en France, soit en Angleterre, soit aux Etats-Unis, d’envoyer prêcher l’Évangile aux Païens, vous n’en trouverez pas une seule qui ne professe comme fondamentale, la doctrine que vous voulez combattre. (*)

Mais je ne vous ai présenté jusqu’ici que des assertions : il est temps d’en venir à des autorités. 

Je ne m’arrêterai pas à montrer que Jésus-Christ est vraiment homme.— De nos jours, ce point autrefois si débattu, n’est plus contesté.— Mais je veux m’attacher à vous prouver, par la Ière et par la IIIème classe des passages dont je vous ai parlé : 

I. Que Jésus-Christ est le vrai Dieu ;  

II. Que la divinité et l’humanité se sont mystérieusement unies dans sa personne. 

À Suivre…

(*) Les associations d’hommes qui la méconnaissent, ne convertirent jamais de l’idolâtrie un seul village païen. Elles n’ont jamais paru qu’en des églises déjà fondées ; elles ne s’intéressent pas aux missions ; elles en redoutent les effets ; elles n’en sentent pas la nécessité, elles ne croient pas à leurs succès.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s