Le texte qui suit, tiré de cet article, est disponible gratuitement sur internet.

En France, comme on peut le déduire du récit ci-dessus, l’influence d’Amyraut n’a cessé de croître entre 1637 et 1659. Au début, seules quelques provinces et l’Église de Paris le soutenaient, et il y avait une opposition résolue dans de nombreux milieux. Mais avec le temps, le nombre de ceux qui avaient été formés sous ses ordres à Saumur ne cessa d’augmenter, tandis que ceux qui nourrissaient des doutes mourraient ou étaient convaincus qu’il n’y avait pas de différence fondamentale de doctrine, mais seulement de langage et de méthode. Les principaux opposants écrivent depuis l’étranger. (C’est vrai même pour Sedan, qui n’était pas sous le roi de France à cette époque).

L’orientation du mouvement se manifeste plus clairement chez l’un des plus talentueux successeurs d’Amyraut, Claude Pajon (1626-1685). Son approche distinctive consistait à nier qu’il y ait une opération interne directe du Saint-Esprit dans la régénération, car il soutenait que l’Esprit agissait purement en termes de persuasion effectuée par la présentation de la vérité. Cela tend à atténuer le conflit entre la conception amyraldienne du dessein universel du Père et du Christ dans la rédemption et l’activité particulariste du Saint-Esprit dans la régénération. Dans le schéma de Pajon, l’œuvre salvatrice du Saint-Esprit était tout à la fois universalisée et rendue inefficace par elle-même. C’était un grand pas vers l’Arminianisme pur et simple, en dépit des efforts de Pajon pour conserver une certaine place à la souveraineté divine dans l’élection et la réprobation. Il va sans dire que cette approche était en contradiction flagrante avec les Canons de Dordrecht (3e et 4e points, art. 10-12 ; rejet 7, 8), et il n’est pas surprenant que des objections aient bientôt été soulevées contre l’autorité de cette déclaration de foi.

La doctrine de l’universalisme hypothétique a agi comme un facteur corrosif dans l’Église Réformée Française. D’abord tolérée parce qu’on estimait qu’une condamnation pure et simple conduirait au schisme, elle a peu à peu sapé le respect des normes confessionnelles et perturbé l’unité et la cohésion internes. Pour autant que l’on puisse en juger, elle n’a en fait pas contribué à promouvoir une union de base avec les luthériens, ni à empêcher matériellement les abjurations vers la foi catholique. D’autre part, elle a permis de jeter un pont vers l’Arminianisme et peut-être vers les tendances semi-pélagiennes de l’Église de Rome. Les avantages qu’Amyraut avait envisagés ne se matérialisèrent pas, et les dangers contre lesquels ses adversaires l’avaient mis en garde se concrétisèrent en fait.

L’Universalisme Hypothétique a conduit à une relativisation progressive des Normes Doctrinales de l’Église Réformée de France (Confession de Foi de La Rochelle, Catéchisme de Genève – ou d’Heidelberg – et Canons de Dordrecht). Les conséquences de ce manque de fermeté et de courage, des autorités de l’Église, envers l’erreur doctrinale seront bien funestes. Ce n’est pas sans raison que le professeur Pierre Courthial affirmait que :

Les déviations doctrinales propagées par l’Académie de Saumur à partir de 1630, déviations qui portaient atteinte à la grâce libre et souveraine de Dieu affirmée dans la Gallicana (articles 8, 12, 17, 18, 20), vont aboutir à la terrible crise (crisis en grec = jugement) que sera la révocation de l’Édit de Nantes, par Louis XIV, en 1685.

L’Église Réformée de France n’a pas survécu à la Révocation. Lorsqu’un siècle plus tard la liberté de culte fut rendue aux réformés, l’église était déjà ravagée par le rationalisme et libéralisme caractéristique de cette époque.

Il est étonnant qu’encore aujourd’hui, ceux qui se veulent dans la continuité de l’église historique (EPUdF ; UNEPREF), n’aient pas retenu la leçon. Aux mêmes erreurs, les mêmes résultats.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s